Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

Un président devrait-il parler de la fin de l'abondance ? par Philippe Mabille, Directeur de la rédaction de La Tribune.

27 Août 2022, 08:26am

Publié par ERASME

Emmanuel Macron a trouvé sa nouvelle ligne politique : nous pourrir la rentrée. Sans attendre les premiers pavés de la colère sociale que l'inflation galopante des prix de l'énergie laisse présager, comme on le voit déjà venir en Angleterre qui a décidé de jouer la carte de la vérité des prix du gaz et de l'électricité plutôt que de la maquiller dans la dette publique, le président de la République a pris les devants dès le conseil des ministres de rentrée par des propos glaçants venus ponctuer un été caniculaire.

« Je crois que ce que nous sommes en train de vivre est de l'ordre d'une grande bascule ou d'un grand bouleversement (...) Nous vivons la fin de ce qui pouvait apparaître comme une abondance ». Des propos étonnants de la part d'un président champion estival du jet ski dont le ministre des Transports Clément Beaune dénonce l'usage abusif des jets privés par les milliardaires. Quand on appelle chacun à ne pas céder à la démagogie, peut-être faut-il commencer par se l'appliquer à soi-même...

Pour Emmanuel Macron, nous vivons aussi la « fin des évidences » avec « la montée des régimes illibéraux et le renforcement des régimes autoritaires » ainsi que "la fin d'une forme d'insouciance ». N'en jetez plus, et prenez un Xanax...

Grande bascule, grand bouleversement, régimes autoritaires... il n'en fallait pas plus pour réveiller la sphère complotiste qui a vu dans le choix de ces termes une référence au « Big Reset », la grande réinitialisation appelée de ses vœux par Klaus Schwab, le fondateur du forum de Davos vilipendé pour avoir prédit, tel Cassandre, les malheurs qui nous sont ou vont nous arriver : de la pandémie (Covid) à la pénurie (crise de l'énergie), il n'y a plus qu'un pas à franchir, celui justement de la fin de l'abondance, qui n'est pas, comme son nom l'indique faussement, ce fromage à la pâte pressée demi-cuite, fabriqué en Savoie avec le lait des vaches du même nom... Mais bien l'arrivée à maturité du fameux « monde d'après » annoncé dès le premier jour du premier confinement. Mise en cause de la consommation ostentatoire - l'usage immodéré des jets, l'arrosage des golfs- au prix d'une poussée de la démagogie amplifiée par les réseaux sociaux, angoisse climatique extrême, polarisation d'une société minée par les inégalités et à plusieurs vitesses : voici ce qui advient lorsque le point de bascule est atteint... c'est un peu cela aussi que dit et semble craindre Emmanuel Macron, dans une version moderne du célèbre Sapeur Camember : lorsque les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites.

Les années 2020 ont commencé par une fermeture générale mais heureusement temporaire, de toutes les activités humaines (ou presque)... 2022 s'achève dans un climat tropical sur fond au pire de menaces nucléaires, de troisième guerre mondiale entre les Etats-Unis, la Russie voire la Chine, et de famines, au mieux de coupures de gaz et d'électricité. Macron-Cassandre, tout en appelant à ne pas céder à la démagogie, a la prévenance de nous en prévenir : Winter is coming.

L'objectif, on le mesure bien, n'est pas de casser le moral des troupes : le chef de l'Etat use et abuse comme à son habitude de la dramatisation (souvenons-nous du martial « nous sommes en guerre... » de mars 2020) pour appeler à la mobilisation : la solution est en toi, peuple de France, il va juste falloir travailler plus, pas forcément pour gagner plus, mais pour avoir un toit bien chauffé cet hiver.

La fin de l'abondance annonce donc avec certitude une nouvelle ère de réformes sociales dont Elisabeth Borne précisera ce lundi lors des Rencontres des Entrepreneurs de France (REF), ex Université d'été du Medef, à l'hippodrome de Longchamp, le programme des réjouissances : à commencer par celle de l'assurance-chômage, avec une modulation des règles selon les régions pour encourager à la reprise d'un emploi les fainéants qui persistent à ne pas travailler alors que l'emploi lui est abondant si l'on en croit le nombre d'offres non pourvues ; mais aussi allongement progressif de l'âge de départ à la retraite des seniors vers les 65 ans, ainsi que la fin programmée, progressive elle-aussi des 35 heures, via l'encouragement à coup d'exonérations fiscales au rachat par les entreprises des jours de RTT en 2023 et sans doute au-delà. Un petit coup de pouce au pouvoir d'achat des salariés et un gros coup de pouce à la productivité.

Bref, on l'aura compris, la fin de l'abondance a bon dos, elle prépare surtout un changement de braquet vers plus de rigueur, l'austérité n'étant pas loin de la sobriété comme on le verra fin septembre lors de la présentation du budget lorsqu'il faudra payer la facture de la douce négligence des dernières années.

On aurait pu espérer une communication moins plombante : après le sang et les larmes annoncées par Macron, la Première ministre, devenue plus populaire que le président, aura la lourde tâche de vendre aux Français son grand plan pour une sobriété choisie plutôt que subie, une sobriété juste et équitablement répartie. Et pourquoi pas nous vendre la sobriété comme une chance, une opportunité, celle de changer de modèle. Présenter l'inflation comme une « chance » est toutefois difficile à vendre, car la transition, à l'évidence, ne se fera pas sans douleur ni peine : même le président de la puissante Fed, la banque centrale américaine, l'a dit à Jackson Hole, la grande réunion annuelle des grands argentiers, face aux montagnes éternelles du Wyoming : « la lutte contre l'inflation va faire souffrir les ménages et les entreprises américains » et « va prendre du temps », mais « y renoncer serait encore plus dommageable » pour l'économie. Il n'en fallait pas plus pour plomber la rentrée des marchés financiers, qui ont été aussi glacés par la dureté de Powell que les Français par la franchise de Macron.

Alors que les prix du gaz et de l'électricité atteignent des sommets sur le marché de gros, au-delà des 1000 euros le mégawattheure, c'est bien le fonctionnement du marché de l'énergie en France qui révèle ses failles, analyse Marine Godelier. Dans une enquête fouillée, elle en décrypte les causes et les conséquences : entre arbitrage sur l'ARENH, revente d'électricité à prix fort, couverture peu sérieuse et offres mensongères, certains fournisseurs auraient multiplié les combines, au détriment du consommateur. A travers trois épisodes, la Tribune vous propose une immersion dans un univers plus que jamais sous tension : celui du marché de la fourniture d'électricité.

En attendant, le gouvernement cherche des solutions innovantes, comme par exemple faire payer moins cher ceux qui acceptent de se restreindre pendant les pics de demande : en gros, tu ne te laves pas, ne te chauffes pas et ne fais pas de lessives pendant quinze jours par mois et tu auras droit à une réduction sur ta facture annuelle...

En fait, ce qui surprend un peu, c'est le hiatus entre la sombre tonalité du discours de rentrée de Macron et les propos plus rassurants de son ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, qui passe son temps à corriger le tir. Le Maire, qui parlera mardi pour la deuxième journée des rencontres du Medef aura le beau rôle, celui de dire qu'après la pluie, viendra le beau temps... Avec réalisme, toutefois : le pic d'inflation, maintes fois repoussé, n'interviendra pas avant Noël prochain. De là à promettre qu'il faudra manger des patates en grelottant de froid sous des couvertures avec des chaussettes en laine, il ne faut pas pousser l'abondance dans les orties de peur qu'elle ne se retourne contre son promoteur.

Commenter cet article
P
Lorsque le président d'un pays comme la France s'exprime publiquement sur de tels registres, ce n'est pas uniquement aux Français et Françaises qu'il adresse son message ! Surtout lorsque ce président provient des milieux de la finance .... Il envoie un signal fort aux marchés financiers, aux détenteurs des obligations d'Etat, aux agences de notation financière, à ses partenaires européens, etc.... Philippe Mabille le sait, bien évidemment !
Répondre