Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

L'élection présidentielle de 2022 tient plus du jeu vidéo que de Netflix Christian Salmon — Édité par Thomas Messias (slate.fr)

24 Avril 2022, 23:44pm

Publié par ERASME

"Nous sommes libres de voter, mais le système électoral est tel que nous sommes dans l'impossibilité de faire un véritable choix. Nous ne choisissons pas. Nous ne pouvons qu'éliminer. Il nous manque cette encre rouge (et le bulletin de vote qui va avec) qui nous permettrait d'exprimer notre non-liberté [...] À la veille du deuxième tour de l'élection présidentielle et au terme d'une campagne chaotique, semée d'embûches, il est bien difficile de discerner une logique cohérente ou une rationalité dans la succession d'événements qui ont marqué cette campagne. Et ce n'est pas le débat d'entre-deux-tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron qui est venu corriger cette impression. Le travestissement des acteurs et le brouillage identitaire étaient à leur comble, et la schématisation entière de l'évènement (les prémisses, les coulisses, le débriefing du débat) participait de la même opération d'occultation des enjeux politiques et démocratiques [...] Tout ce qu'on peut dire de cette campagne, c'est justement qu'elle a donné lieu à une suite d'événements dépourvus de cohérence, une série d'épisodes sans continuité ni tension narrative qui s'est révélée incapable d'offrir un cadre démocratique au débat public. Cet évident déficit de narrativité n'a pas empêché les commentateurs de se livrer à un décryptage compulsif des stratégies de communication des candidats et d'y reconnaître les codes des séries télévisées. Sans conteste la «netflixisation» est le mot-clé de cette campagne au cours de laquelle chaque candidat avait un récit. Quoi qu'il se passe, la campagne était censée se conformer à une ligne narrative imposant à des images disparates un récit mythologique [...] Pendant ce temps, la campagne ne cessait de tourner en rond, en proie à des tsunamis de soupçons, des tourbillons de haine, soumise aux vents contraires des polémiques sans lendemain et des empoignades de plateaux. Le modèle est ici moins le feuilleton ou la série TV que le jeu vidéo avec ses «plateaux» [...] Dans cette chronique de campagne nous en avons distingué et documenté cinq: la bataille des images, le conflit des chiffres, l'épreuve des mots, la guerre des récits, l'enjeu des valeurs."

Commenter cet article