Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

De la garantie apportée par un Etat à des obligations monétaires

15 Octobre 2018, 09:22am

Publié par ERASME

Lorsqu’une banque centrale accepte un titre en garantie, elle court le risque que les signataires du titre, parmi lesquels figure la banque apporteuse du titre, soient défaillants, et par conséquent d’être obligée de comptabiliser une perte.

Le refinancement indirect par la mobilisation de titres garantis, par l’État, entraîne donc le transfert du risque de la BCE à l’État, la BCE étant quasiment certaine qu’elle n’aura jamais à comptabiliser une perte.

Mais que représente en fait la comptabilisation d’une perte pour une banque centrale ?

Le fait de comptabiliser des pertes ne la prive pas de son pouvoir d’émission monétaire qu’elle ne tient que de la loi ou du traité de Maastricht. Une banque centrale déficitaire peut continuer à émettre de la monnaie pour son usage personnel ou pour prêter aux banques. Aussi si des titres détenus par la BCE se révélaient irrécouvrables, cela aurait pour seule conséquence que de la monnaie continuerait à circuler dans l’économie sans aucune contrainte de remboursement.

Donc le risque est uniquement un risque d’inflation pour l’économie.

La garantie des obligations de la FESF puis par le MES par l’État français, ou d’autres types d’obligations pour les autres États européens, revient à une garantie du risque d’inflation. Autrement dit les États ne sont en définitive que des assureurs du risque de dépréciation de l’euro.

En conclusion : l’assurance apportée par les États n’empêche pas en dernier recours le financement par la BCE et elle n’est qu’une assurance contre l’inflation et la dépréciation de l’euro.  

Source : Bernard Vallageas in Où vont-ils chercher ces milliards qu’ils n’ont pas? Comment l’État assureur en dernier ressort permet d’accéder à la Banque centrale européenne, prêteur en dernier ressort ?

http://regulation.revues.org/index7544.html#tocto2n11

Commenter cet article