Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

Paracha « Béhar – Bé’houkotaï » ( Partie 1) …. les modalités de la Rédemption

8 Mai 2018, 15:25pm

Publié par Eric El Baze

(Extraits de nos ouvrages d'étude et de diffusion de l'enseignement de la Kabbalah, accessibles à partir de la page Facebook Eric Daniel El-Baze - secrets de Kabbale)

La Paracha « Béhar », s'ouvre sur la Mitsvah de la « Shmita » ; la 7ème année où l'on doit laisser la terre en jachère. Puis, elle continue sur les lois relatives au Jubilé, le « Yovél », la 50ème année, décrétée par D.ieu comme « l'année de la liberté » où tout doit retourner à son propriétaire initial : la terre, la maison, l'argent et l'esclave. La Torah nous enseigne ici un principe essentiel : la propriété n’est que relative ; car le Seul et Unique « Maître » du tout existant est D.ieu ! Tout ce que l’homme acquiert durant sa vie n'est qu'un emprunt que D.ieu lui aura accordé.

Cependant , à la fin de cette Paracha, nous est rapporté le cas de l'hébreu, qui se serait vendu comme esclave à un étranger, afin d’assurer sa subsistance : « Si ton frère, devenu pauvre, s’est vendu à l'étranger ; l'un de ses frères le rachètera. Il s’agira soit de son oncle, du fils de son oncle, ou quelqu’un d’autre de sa parenté . S’il a acquis des moyens, il se rachètera par lui-même » ( Lévitique 25, 47-49).

Si ce commandement divin, nous rappelle l'obligation du « devoir fraternel » , il fait aussi allusion à la Rédemption finale ; à la fin des temps, lorsque le peuple juif sera pleinement sorti de son exil physique et spirituel .En effet nous dit la Kabbale, « l'oncle » cité dans le verset , qui aura pour obligation de racheter l’un des membres de sa famille, n’est autre que D.ieu, connu sous Son Nom« Dod », l’oncle, allusion à « Dodi », mon Bien-aimé ( Cantique des cantiques) . Quant à l’autre libérateur potentiel, c’ est le cousin, littéralement « Ben Dod », le fils de l’oncle, allusion au Messie, car « Ben Dod » peut être lu « Ben David » ; fils de David ; le Messie fils de David (Mashia’h Ben David) !

En plus de ces 2 modalités de Rédemption (ou de Rachat), par D.ieu Lui même ou par le Messie, une 3ème possibilité est offerte ; « lorsque l'esclave se rachète par ses propres moyens ». Les moyens dont il s’agit nous dit la Kabbale, sont les « Mitsvoth » accomplies et engrangées dans ce monde ; c’est par ce mérite, que l’esclave ( l’être) pourra se libérer de son exil ; le Texte nous le faire comprendre, en utilisant le terme « Yigal », pour dire se racheter (ou s’affranchir) dont la racine hébraïque est la même que celle du mot « Guéoulah », la Délivrance.

Ainsi, au travers des lois sur l'affranchissement de l'esclave, nous apprenons que la Délivrance promise par D.ieu, viendra, quelques que soient les circonstances, mais « en son temps » ; suivant les actes des hommes. Les Maîtres du Zohar précisent ; le terme « Bé’étah » , en son temps, doit être lu et compris comme « Bé’ét- Hé », au temps du « Hé » ; « au temps où la lettre Hé se relèvera de la poussière ; alors D.ieu hâtera la Délivrance … » .

A partir de cet enseignement , la Kabbale développe sur les trois modalités de Rédemption ; 1/ Si Israël est méritant ; alors « l'esclave pourra se racheter par ses propres moyens » , la Délivrance arrivera « dans la hâte » (avant la fin des temps) ; elle se fera de façon quasi-naturelle 2/ A l’inverse, s’il n'y a pas eu d’accumulation de mérites ; la Délivrance ce fera « en son temps » par D.ieu Lui-Même (l'oncle), et ce de façon miraculeuse, comme cela le fut lors de la sortie d'Egypte . 3/ Enfin, si c’est le fils de l'oncle ( ben Dod ou David) , qui sera le libérateur ( le Roi Messie) , la Délivrance se fera « au temps du Hé » ; « lorsque le 2ème Hé ( dernière lettre du Tétragramme) sera rétablie » ; car cette lettre, est le Signe de la Royauté accordée au Roi Messie, et dont l’essence est celle de la Souveraineté divine.

La Guématria confirme la Puissance royale et salvatrice de « Machia’h » (le Messie) ; en nous dévoilant : « la valeur du Nom Y.HVH est 26 ; vingt-six en hébreu se dit ‘Esrim VéShéisha, expression dont la valeur égale à 1231, correspond à celle du verset « Michée 3: 8 », où est fait référence à la Force Messianique : « Je suis plein de puissance par l'esprit de l'Eternel , Anokhi Malti Koa’h Eith Roua’h AdoShem ».

Commenter cet article