Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

À 1 000$ ils disaient que c'était la fin du Bitcoin... par Olivier Perrin (Le vaillant petit économiste)

24 Août 2017, 07:43am

Publié par ERASME

En janvier dernier la valeur d’un seul Bitcoin dépassait les 1 000$ avant de retomber à 850$ dès le lendemain. 

Le Figaro prévenait contre l’éclatement de la bulle spéculative et notait ironiquement la prévision farfelue d’un spécialiste du Bitcoin qui voyait la crypto-monnaie à 3 000$ en 2018. 

Aujourd’hui un Bitcoin vaut 4 200$. 

Cette progression de 420% en 8 mois peut paraître délirante (surtout comparée au rendement d'une assurance vie). 

En fait c’est une paille : 

La valeur totale de toutes les crypto-monnaies dans le monde représente aujourd’hui 150 milliards de dollars. 

C’est moins de 1% des bilans des grandes banques centrales mondiales… et paradoxalement cela va en diminuant : 

Il faut dire que 150 milliards… La Banque Centrale Européenne en injecte autant tous les 3 mois. La Banque du Japon en fait autant et il faut moins de 30 jours à la Banque Populaire de Chine pour imprimer cette somme. 

À côté de ces monstres, les crypto-monnaies passeraient pour des modèles de vertu. 

En regardant la situation différemment, ce ne sont pas tant les crypto-monnaies qui montent que les monnaies traditionnelles qui s’effondrent. 

Bien sûr, comme dans tout marché en explosion, il faut agir avec prudence. 

Malheureusement, ce n’est pas au 20H ou dans les journaux du soir ou du matin que l’on vous aidera. Il y a quelques voix qui s'élèvent en France. L'économiste Philippe Herlin, auteur des tous premiers travaux sur le Bitcoin en France dès 2013, a rédigé un rapport complet sur le Bitcoin. 

Je vous conseille d'en lire la présentation passionnante de son éditeur en cliquant ici. 

La spéculation sur le Bitcoin est l'un des derniers terrains de bataille entre la liberté des individus et la soumission au monstre étatique et ses serviteurs qui ont arrêté de vous servir il y a bien longtemps pour se servir eux-mêmes. 

 

Commenter cet article