Du gouvernement en France / Comprendre ce qui se passe dans nos démocraties européennes depuis plusieurs années !

Publié le par Patrice Cardot

"L’émergence d’une plus grande empreinte que jadis de l’économie, à la fois globalisée, et sans cesse plus financiarisée, plus dérégulée et plus dématérialisée, et de la technologie numérique, omniprésente, sur les processus politiques et technocratiques participant à une certaine dépossession de l’Etat, l’adaptation de ce dernier à cette nouvelle donne est devenue inévitable.
Selon Winston Churchill : « Nous devons prendre le changement par la main, sans quoi soyons assurés qu'il nous prendra par la gorge ! »
Or, comme le rappelle Jules Duchastel, cette dépossession s’est opérée en France par la volonté de hauts fonctionnaires formés aux ressorts de ce que l’on a longtemps appelé ‘la nouvelle économie’, et rompus à ses exigences réformatrices, pour certains en raison de leur passage professionnel dans le
secteur privé. Pour comprendre ce phénomène sans équivalent dans le monde, il convient de relever la très forte empreinte ‘scientifique et technologique’ dans la culture générale d’une grande partie deshauts fonctionnaires appartenant aux grands corps de l’Etat, en même temps que le rôle majeur des ingénieurs et mathématiciens français dans l’émergence de la mathématique financière sur laquelle s’appuie le développement de cette nouvelle économie, principalement financière et numérique.
Cette dépossession voulue, pensée, et organisée par l’appareil d’Etat lui-même, avec le concours des institutions européennes (voir infra), dans une première étape, s’est amplifiée à la faveur d’un agenda politique favorable, les institutions parlementaires et gouvernementales étant confiées par le jeu électoral à une majorité aux accents libéraux plus marqués que jadis dès 2002."
(Extraits du document sur lequel prend appui cet article de 2014 .... réédité n+1 fois ..; De l’art de gouverner un Etat-Nation membre de l’Union européenne au XXIème siècle - Examen du cas particulier de la France)

 

Commenter cet article