Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

BREXIT : Michel Barnier, défenseur de l'intérêt général de l'Union

29 Juillet 2016, 15:00pm

Publié par Jean-Guy Giraud

Avec un léger temps de retard sur le Président du Conseil, le Président de la Commission vient de nommer le représentant de cette Institution dans la future négociation UE/UK. 
 
Il s'agit de M.Michel Barnier dont le rang, l'expérience et l'engagement européen sont incontestables. 
 
D'autre part, en tant qu'ancien Commissaire européen, M.Barnier a donné la preuve de son indépendance et de sa capacité de résistance face aux pressions des gouvernements - et notamment du gouvernement britannique sur les questions financières qui pèseront lourd dans les négociations.
 
Il aurait été périlleux de laisser le pilotage de cette négociation au seul haut fonctionnaire du Conseil désigné par M.Tusk. De par sa position même, ce fonctionnaire n'aurait pu qu'enregistrer les positions des différents gouvernements et le cas échéant tenter de faire face à leurs pressions - positions et pressions extrêmement variables selon les intérêts nationaux et au fil de l'orientation politique successive des dirigeants en place. 
 
Il est indispensable que, dans cette négociation, l'intérêt général de l'UE27 soit clairement défini et âprement défendu - de façon indépendante - par l'Institution chargée de cette mission, à savoir la Commission. Que celle-ci soit représentée par un ancien Ministre des Affaires étrangères et ancien membre de la Commission devrait lui permettre de jouer pleinement ce rôle.
 
Conformément à l'article 218 § 3 TFUE qui s'appliquera à la procédure de négociation de l'accord UE/UK, le Conseil devra désigner formellement "le négociateur ou le chef de l'équipe de négociation de l'Union" dès que le RU aura signifié son retrait et que le premier accord de "séparation" sera intervenu. 
 
En règle générale, le négociateur désigné est la Commission - sur la base d'un mandat et de directives fixés par le Conseil. 
 
Il serait étonnant et préoccupant que le Conseil déroge, dans le cas du Brexit, à cette pratique constante et institutionnalisée.   
Commenter cet article