Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

Union européenne : le "coming out" d'Alain Juppé

9 Mai 2016, 14:09pm

Publié par Jean-Guy Giraud

Dans un précédent article (cf. ), nous souhaitions que la question de la réforme de l'UE fasse, en France comme en Allemagne, partie des campagnes électorales de 2017 - à commencer par celle des "primaires". Dans Le Monde daté du 10 Mai 2016, Alain Juppé consacre effectivement une tribune - ferme et concise - à la réforme de l'Europe (cf. http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/05/08/oui-a-l-europe-debout_4915508_3232.html ).

Constatant que la solidarité européenne est gravement mise à l'épreuve par plusieurs crises concomitantes, il estime que l'"heure de vérité est arrivée" : à l'image des britanniques, les européens doivent décider s'ils veulent poursuivre le processus d'union politique ou rester en retrait dans le "grand marché".

Comme beaucoup d'autres, Alain Juppé estime que ceux qui veulent poursuivre le processus d'intégration doivent se regrouper autour de la zone Euro à partir de laquelle ils pourront faire face ensemble - sur la base des traités actuels - aux problèmes de défense, de sécurité, de frontières, de croissance et d'aide au développement.(1)

Il faut noter la vigueur avec laquelle Alain Juppé soutient le rôle de l'UE comme l'indispensable prolongement de l'action isolée des États et le caractère ambitieux de ses propositions relatives à Europol, Eurojust, Frontex, politique commune énergétique ...

Il est peu probable que des positions pro-européennes aussi prononcées émanent des autres candidats à la primaire de droite : espérons en tout cas que le plaidoyer d'Alain Juppé ait pour effet de placer le sujet européen au centre de ce débat.

(1) Certains estiment cependant qu'une coupure trop nette des liens entre la zone Euro et "le reste" de l'UE serait prématurée et dangereuse. Ils considèrent notamment que l'euroscepticisme affiché de certains États hors zone Euro est plus le fait d'une classe politique - momentanément en charge des affaires - que de l'opinion publique (cf. notamment le cas de la Pologne).

D'autres estiment aussi que la réforme de l'UE (y compris de la zone Euro) devra inévitablement passer par une révision des traités à court ou moyen terme.

Voir également : http://www.atlantico.fr/pepites/alain-juppe-estime-que-europe-ne-fait-plus-rever-et-plaide-pour-nouveau-depart-2691588.html

Commenter cet article