Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

Les dettes totales des administrations françaises, au sens des normes comptables internationales (IFRS) atteignent 5 200 milliards €

27 Septembre 2015, 13:48pm

Publié par ERASME

Si la dette publique française, au sens de Maastricht, dépasse les 2 000 milliards €, une autre dette appelée engagements hors-bilan, plus dissimulée, atteint elle plus de 3 200 milliards € les dettes totales des administrations françaises, au sens des normes comptables internationales (IFRS)) atteignent donc plus de 5 200 milliards € ; les engagements hors bilan représentent 158 % du PIB et ont été multipliés par 3,5 en dix ans. 

L'inventaire des engagements hors-bilan a été réalisé par la  Cour des Comptes en  2014. 

Les principaux engagements hors bilan sont les suivants : 

  • engagements de retraite : 1 753 G€, dont 1 561 G€ pour les fonctionnaires de l'État ;
  • dette garantie par l'État : 194 G€ ;
  • garanties liées à des missions d'intérêt général : 519 G€, dont 412 G€ pour les livrets d'épargne réglementés et 85 G€ au titre de la COFACE ;
  • garanties de passif : 181 G€, dont 126 G€ de quote-part française au capital appelable du MES ;
  • engagements financiers de l'État : 183 G€, dont 51 G€ d'engagements envers le FMI ;
  • engagements découlant de la mission de régulateur économique et social de l'État : 492 M€, dont 274 M€ de subventions d'équilibre aux régimes spéciaux (SNCF, RATP,...) et 164 M€ d'engagements au titre des aides au logement.

Si la plupart de ces engagements ne deviendront exigibles qu'à long terme et de façon progressive leur dynamique et leur croissance trop rapide aujourdhui compromettent à l'évidence tout équilibre budgétaire futur ; c'est particulièrement visible dans le cas des retraites qui apparaissent manifestement infinancables à terme...

Source : http://daemon.typepad.fr/la_restauration_politique/2015/09/la-dette-publique-faramineuse-que-nous-dissimule-la-classe-politique-les-engagements-hors-bilan-sont.html

Commenter cet article