Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

Le fiasco du Schäublisme (Guillaume Duval - Alternatives économiques)

5 Août 2015, 21:12pm

Publié par ERASME

Le fiasco du Schäublisme (Guillaume Duval - Alternatives économiques)

"J'ai rassemblé différentes grandeurs (chômage, emploi, PIB par habitant à prix constant et dette en % du PIB) pour comparer leur évolution en pourcentage entre 2010, point de départ de la crise de la zone euro à proprement parler et de sa gestion sous la houlette du gouvernement d'Angela Merkel, et 2015. En prenant pour cette année les prévisions (optimistes pour l'Europe) publiées au printemps dernier par la Commission européenne. 
Le résultat est saisissant : l'emploi a augmenté 20 fois plus aux Etats Unis qu'en Europe sur cette période. Le chômage à baissé de 42 % aux Etats Unis tandis qu'il augmentait de 10 % en Europe. Le PIB par habitant s'est accru cinq fois plus outre Atlantique... 
Mais là où on atteint le sommet de l'absurdité c'est qu'au bout du compte l'endettement public américain supplémentaire a été aussi plus faible sur cette période qu'en Europe. Alors pourtant que nous menions des politiques plus restrictives que les Américains uniquement dans le but de réduire notre endettement public. 
Bref, il n'est pas difficile de montrer le caractère stupide et contreproductif du Schäublisme pour l'Europe mais comme c'est le cas pour les autres formes d'extrémisme religieux, les Schäublistes sont malheureusement le plus souvent profondément hermétiques aux faits et à la discussion rationnelle.
..."

Commenter cet article
P
Je voudrais commenter le nième papier germanophobe de Guillaume Duval (celui-ci, moins hystérique en la matière que Mélenchon mais tout aussi acharné..!.) et compléter le commentaire et la question soulevée par Patrice Cardot)<br /> Il est intéressant que Duval n'évoque jamais la vraie alternative : une €urozone au fonctionnement quasi fédéral où la responsabilité budgétaire justifierait d'une solidarité acquise (mouvement seulement esquissé dans la succession des 'two-packs' et autres 'six-packs'), ce qui permettrait à l'Allemagne d'accepter la perspective puis l'adoption d'un budget fédéral représentant 20 à 30% du PIB de la zone... La France n'y est pas prête, malgré la multiplicité des propositions qu'elle semble formuler (discours Hollande et Valls) : elle ne sait pas (ou ne veut pas) comment mettre un terme à un modèle fondé sur le déficit public et un chômage structurel élevé depuis plus de trente ans. <br /> La deuxième partie de mon commentaire ci-dessus esquisse une réponse à celle soulevée par Patrice Cardot. La France a perdu de son influence politique en Europe à mesure que sa situation économique et budgétaire se détériorait : l'Italie, l'Espagne savent que l'Allemagne "a les moyens" de leur assurer, le cas échéant, une solidarité réelle. Par ailleurs , le "schaublisme" (curieuse appellation alors que Schauble, à l'inverse de Duval, est un pragmatique et non un doctrinaire.!.) n'a pas empêché l'Espagne notamment de recréer des emplois sans avoir à recourir à cet éternel retour des Ateliers Nationaux de 1848 que sont les "Emplois Aidés" ou les "Emplois d'Avenir".....<br /> Pour le reste, je suis totalement d'accord avec les commentaires de Patrice Cardot et de Paul Auster
Répondre
P
permettez-moi de relativiser la responsabilité de Schäuble et de Merkel dans ce drame européen ! Vous savez aussi bien que moi comment se prennent les décisions dans ces domaines au niveau de l'UE ! Si la France avait voulu s'y opposer, elle aurait eu aucun mal à réunir des minorités de blocage ! Elle ne l'a jamais fait !
Répondre
P
Le lecteur pourrait être enclin à penser que l'ultralibéralisme américain est plus efficace que la social-démocratie croisée avec l'ordolibéralisme à l'allemande : moins de chômage et plus de 'richesse' ! Plus de richesse pour qui ? Lisez ou relisez Stiglitz (http://www.alternatives-economiques.fr/le-prix-de-l...) et vous verrez quelle est réellement l'efficacité de cet ultralibéralisme ? Ensuite, la politique de la BCE est calquée sur celle de la FED, mais toujours en retrait (regardez l'évolution de leurs taux directeurs depuis 15 ans), pour favoriser d'abord la relance de l'économie américaine dans ses fondamentaux ! C'est quand même une donnée à ne pas sous-estimer !
Répondre