L'heure est venue de réconcilier, dans la sérénité, cette France soucieuse de la sauvegarde des valeurs, principes, libertés et autres promesses républicains avec celle tout aussi soucieuse des intérêts de sécurité nationale du Pays (nouvelle édition)

Publié le par Patrice Cardot

A la faveur des débats qui se sont instaurés lors des travaux parlementaires relatifs à l'établissement d'une nouvelle Loi sur le renseignement, deux 'France' (au moins) soucieuses de la préservation d'un intérêt général 'menacé', s'opposent aujourd'hui - ou croient devoir s'opposer - dans les médias, sur les réseaux sociaux et, plus largement, dans toutes les grandes tribunes nationales, ; deux 'France' qui se sentent investies par un souffle républicain salvateur ; deux 'France' passées en résistance parce que le devoir supérieur l'exige ; deux 'France' qui se sentent plus légitimes, républicaines et démocrates, que 'l'autre' ; deux 'France' qui s'opposent de manière de plus en plus radicale !

D'une part, une France "d'en bas" qui se sent dépossédée des attributs de la souveraineté populaire, mais qui se pense dépositaire des droits de l'Homme et des acquis révolutionnaires d'antan ; d'autre part,  la France "d'en haut", celle des élites dirigeantes, une France perçue par la précédente comme mue par des mobiles 'sans âme' et l'obsession de la détention du pouvoir contre vents et marées.

La première est celle des Françaises et des Français qui militent, manifestent, alertent, etc. au nom de la nécessité et de l'urgence de réveiller Marianne, la Madelon, Rousseau, Voltaire, parce qu'ils sont intimement convaincus que les valeurs, principes et libertés les plus fondamentales de notre République, au-delà la sauvegarde des Droits de l'Homme et autres promesses démocratiques seraient mis à mal, voire même en péril, par un arsenal sécuritaire aux visées obscures et aux relans autoritaristes, voire même faschisants ! Des Françaises et des Français qui se souviennent que "quand ils sont venus chercher les communistes ... "(cf. http://www.regards-citoyens.com/article-quand-ils-sont-venus-chercher-les-communistes-je-n-ai-rien-dit-pasteur-martin-niemoller-54632081.html) ; Dans cette 'France' là, jugée parfois très sévèrement par l'autre 'France', apparaissent nombre de figures nationales emblématiques au premier rang desquelles je ne citerai par exemple que Régis Debray qui y voit l'émergence d'un Mac Carthysme démocratique (cf. http://www.mediapart.fr/journal/france/200415/apres-charlie-le-risque-d-un-maccarthysme-democratique) ou encore Edwy Plenel qui s'interroge sur l'impossibilité d'un véritable contrôle démocratique des acteurs du renseignement ; bien d'autres personnalités s'inscrivent également dans cette catégorie d'individus inquiets.

La seconde est celle des gouvernants à l'oeuvre (tous pouvoirs confondus : exécutif, législatif et judiciaire, et de tous poils politiques), de technocrates et autres fonctionnaires, de marchands du Temple de la sécurité aux visées mercantiles et autres lobbies 'aux vues basses et aux idées aussi courtes que liberticides'; et autres élites aux visées néoconservatrices. Parce que cette France-là détient la quasi totalité des pouvoirs démocratiques et sécuritaires et qu'elle les exerce parfois au travers d'instruments d'autorité - que lui confère la Constitution - qui heurtent les consciences par leur radicalité (ordonnances, 49.3, etc. - voir à cet égard, par exemple http://www.courrierinternational.com/article/vu-des-etats-unis-493-un-stratageme-de-procedure-ne-fait-pas-une-politique), elle soulève dans la première une multitude d'inquiétudes, d'interrogations, de suspicions qui nourrissent les mouvements politiques et populistes les plus prompts à expliquer le monde, à décoder l'exercice du pouvoir, à déchiffrer les codes au travers des théories complotistes. L'autre France lui prêtant le dessein d'un contrôle absolu sur les masses populaires et les forces vives de la nation (cf. par exemple à cet égard : http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/06/09/oui-la-loi-sur-le-renseignement-prepare-bien-une-surveillance-de-masse_4650358_3232.html), elle serait prête à commettre un coup d'Etat totalitaire à la manière de Bonaparte ou de Napoléon III.

Peut-on en rester là, en choisissant son camp ?

Comme si la France, sur de tels enjeux aussi fondamentaux pour son propre avenir, celui de son message 'universel' comme pour l'Europe et au-delà, pour le Monde, ne pouvait faire une et une seule, indivisible et donc plus forte !

Comme si, également, les grands commis de l'Etat qui sont en charge des principaux services, dossiers, etc. relevant d'enjeux de sécurité nationale, n'étaient pas en même temps de véritables et authentiques défenseurs des valeurs, principes et libertés fondamentaux de notre République !

Je veux témoigner ici personnellement, pour avoir été amené tout au long de ma carrière professionnelle à m'approcher, peu ou prou, de ces dossiers et services, que les Françaises et les Français, quelqu'ils soient, peuvent s'enorgueillir d'avoir nommé à ces postes si sensibles et si décriés là des figures républicaines tout à fait remarquables et respectables ! Rendons leur hommage et remercions les pour leur engagement efficace dans des missions, et parfois mêmes, dans des combats, sans lesquels la France ne serait peut-être plus vraiment la FRANCE, celle que nous aimons et que nous servons !

Ou doit-on s'employer a contrario à chercher à réconclier, dans le sérénité, ces deux franges d'une 'France' déchirée ?

Mon parti personnel est d'oeuvrer dans le sens d'un apaisement des esprits, d'une compréhension mutuelle, d'une réconciliation nationale sans lesquels la France poursuivra son déclin moral, politique et, in fine, économique et social.

Ce blog a régulièrement tenté de rendre compte des débats où s'opposaient et s'opposent encore les 2 'France' évoqués ci-avant, en donnant la parole à tous les points de vue substantiellement significatifs, de manière à ce que ses lecteurs puissent se faire leur propre opinion, en conscience et en responsabilité !

Deux rubriques distinctes y ont été créées (la France face à ses principes et valeurs démocratiques http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/tag/la%20france%20face%20a%20ses%20principes%20et%20valeurs%20democratiques/et la France face aux défis de la sécurite nationale http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/tag/la%20france%20face%20aux%20defis%20de%20la%20securite%20nationale/) le sujet et sa sensibilité profonde rendant de plus en plus difficile le positionnement des articles postés dans l'une ou l'autre rubrique, première manifestation d'un trouble réel quand à l'existence d'une véritable opposition au fond entre ces deux mouvements puissants !

La relation désormais profondément dégradée de l'Etat à la nation et à ses citoyens, les évolutions substantielles de l'art de gouverner la France (cf. http://www.regards-citoyens.com/2014/12/de-l-art-de-gouverner-un-etat-nation-membre-de-l-union-europeenne-au-xxieme-siecle-examen-du-cas-particulier-de-la-france.html) autant que l'illisibilité et l'insécurité juridique, qui procèdent en grande partie de cette opacité 'inconsciente' et probablement 'non délibérée' des transformations à l'oeuvre de l'organisation de l'Etat en matière de Sécurité nationale (cf. notamment http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/2014/08/retour-critique-sur-l-organisation-de-l-etat-en-matiere-de-securite-nationale-et-d-intelligence-strategique-premiere-partie.html) interrogent suffisamment notre démocratie pour qu'une initiative politique ambitieuse soit entreprise !

La France est trop souvent malmenée, y compris par des propres choix et incohérences, pour ne pas s'employer à trouver très vite des remèdes efficaces à ses maux, en lieu et place des placebos qu'on lui adminstre trop souvent (cf. notamme t à cet égard les articles de la rubrique intitulée la France face à ses choix et incohérences : http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/tag/la%20france%20face%20a%20ses%20choix%20et%20incoherences/)

Au-delà de la nécessité et l'urgence d'un nouvel effort de pédagogie pour mettre un terme aux suspicions, aux doutes, aux inquiétudes tous légitimes eu égard à la nature même du sujet, effort que ce blog s'est attaché à effectuer en reprenant des sources jugées fiables et impartiales autant que faire se peut (cf. par exemple : http://www.portail-ie.fr/article/1232/Enseignements-de-la-loi-relative-au-renseignement), l'heure est également venue de recomposer de manière la plus adéquaté possible, eu égard aux méfiances / défiances des citoyens à l'égard de leurs institutions démocratiques autant que des élites visibles ou supposées à l'oeuvre dans les processus de décision qui pèsent lourdement sur la cohésion nationale, un nouveau Contrat social sous les atours juridiques d'une nouvelle Constitution ; ou à défaut, d'une révision de la Constitution qui ne passe pas une fois encore par pertes et profits les sujets les plus essentiels comme celui de la Sécurité nationale (cf. par exemple à cet égard : http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/2014/01/integrer-la-securite-nationale-dans-la-constitution-de-la-veme-republique-un-enjeu-important-de-la-prochaine-reforme-de-la-constitut)

« Faisons face au temps comme il nous cherche » (Shakespeare)

Commenter cet article