Le livre d'Esther

Publié le par ERASME

Le livre d'Esther est un livre de la Bible hébraïque, ou Tanakh, repris parmi les Livres historiques de l'Ancien Testament. Dans la tradition juive, il se présente sous la forme d'un rouleau de parchemin (Meguilat Esther).

 Contexte historique

En 587 av. J.-C., les Babyloniens détruisent le royaume de Juda. Nabuchodonosor II fait alors déporter à Babylone l'élite judéenne et détruit le temple de Jérusalem. Un demi siècle plus tard, en 539, Babylone est prise par le roi Perse Cyrus. L'autorisation est alors donnée aux exilés de retourner en Judée pour s'y réinstaller et reconstruire le temple. Ce mouvement de retour en «terre sainte» qui débuta sous Cyrus le Grand et se poursuivit sous celui de ses successeurs notamment Darius le Grand, ne fut cependant pas général et de nombreux Juifs continuèrent à vivre en diaspora dans l'empire perse bénéficiant ainsi de la politique tolérante des souverains achéménides inaugurée par Cyrus le Grand et poursuivie jusqu'à la défaite de Darius III devant Alexandre le Grand (en 330). Le récit d'Esther est placé à la cour du roi de Perse.

Auteur du livre

La rédaction du Livre d'Esther est traditionnellement attribuée à Esdras, auteur présumé des textes de loi qui donnèrent à la communauté juive de Jérusalem sa cohésion religieuse et nationale. Flavius Josèphe et Clément d'Alexandrie soutiennent cette attribution, le personnage ayant vécu en Perse. Cependant, l'œuvre reste anonyme et la date de sa rédaction est discutée.

 Résumé succinct

Les chapitres 1 et 2 racontent comment Esther, cousine et fille adoptive d'un Judéen appelé Mardochée, fut choisie comme reine de Perse à cause de sa beauté. Le chapitre 3 expose comment Haman, fonctionnaire principal à la cour du roi, offensé par le comportement de Mardochée, obtint un décret pour mettre à mort la diaspora judéenne de l'empire. Les chapitres 4 à 10 racontent comment Esther révéla son appartenance ethnique au roi et, avec son cousin, obtint les pleins pouvoirs contre leurs ennemis et leur extermination.

Commémorations juives

Le Livre d'Esther institue une commémoration mémorielle éternelle : "ces jours ne devaient pas être effacés du milieu des Juifs, ni leur souvenir disparaître de leur postérité". Les Juifs accomplissent ce devoir de mémoire en fêtant chaque année les Pourim, le 14 du mois d'Adar. La célébration consiste notamment en deux lectures publiques de l'intégralité du texte de la Meguilat Esther (le rouleau de parchemin) le soir et le lendemain matin de la fête.

Historicité du récit

La valeur historique du récit est depuis longtemps objet de polémique. Depuis le XVIIIe siècle, des universitaires ont affirmé qu'aucun détail vérifiable mentionné dans le Livre d'Esther ne pouvait être corrélé avec ce que les sources classiques nous apprennent de l'histoire perse. Ils ont également souligné que nombre d'évènements décrits étaient invraisemblables ou improbables et en ont tiré la conclusion que cet ouvrage est une fiction. Les auteurs traditionalistes, essentiellement des exégètes religieux, ont maintenu leur soutien à la valeur historique du récit.

Pour en savoir plus sur le récit lui-même : http://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_d%27Esther

Source : Wikipedia

Commenter cet article