Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

The European Investment Bank should invest more, not less - EIB played some counter-cyclical role during the crisis, but now plans to reduce investments, by Zsolt Darvas

27 Septembre 2014, 20:02pm

Publié par ERASME

Commentaires : Comment les membres de l'UE vont-ils financer les UE projects bonds qui devaient être les produits de financement miracles pour les très gros investissements européens dans l'énergie, les transports, etc. ?

On a vu apparaître au cours des dernières années une inclinaison néolibérale (très anglo-saxone) en faveur du "moins d'investissement public dans l'innovation en Europe" (cf. http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/.../l-innova... ) ! Et donc de recourir à d'autres instruments financiers ...

A quoi çà rime de restreindre les investissements de la BEI après avoir généralisé dans le règlement financier de l'UE le recours entre 2014 et 2020 aux instruments de la sacro-sainte "nouvelle ingénierie financière" qui repose sur le recours à des instruments d'intervention indirecte (fonds de garantie, avances remboursables, etc.), sur des cofinancements publics privés, des mécanismes de partage de risque (cf. http://www.regards-citoyens.com/article-le-mecanisme-de...) etc..., autant de mécanismes à l'égard desquels la BEI joue un rôle central (Demandez à la BPI comment elle se finance ...) - voir ses différents instruments : http://www.regards-citoyens.com/article-quels-sont-les... !

L'Allemagne, aux côtés d'autres promoteurs de l'austérité, est méfiante face aux pressions de Paris en faveur de l'investissement, qui ne serait, aux yeux de Berlin, rien d’autre qu’un subterfuge pour éviter de réformer son économie. 

« On a des acteurs autour de la table qui sont assez rétifs à la dépense », explique le responsable français au sujet de la Banque européenne d'investissement. « On a recapitalisé la BEI de 10 milliards, mais quand on regarde, elle préfère financer des projets en Allemagne et un peu en France plutôt que de le faire dans les pays périphériques. Elle est très [réticente] à l’investissement et son triple A est un trésor avec lequel on va peut-être finir par tous mourir, mais qui n’est pas utilisé » regrette la même source. Werner Hoyer, président de la Banque européenne d'investissement (BEI) et ancien ministre aux Affaires européennes, a cherché à calmer l'engouement autour du projet. Ainsi, il a dernièrement déclaré aux journalistes que les « attentes étaient quelque peu exagérées » quant aux capacités de la BEI à relancer l'économie européenne.

Soucieuse de ne pas perdre son triple A, la BEI cherche seulement des projets viables, qui génèrent des revenues, ce qui fait de la BEI « typiquement une banque encore plus conservatrice que les banques privées », commente Fredrik Erixon, le directeur du Center for International Political Economy de Bruxelles.

« La BEI n'est pas une baguette magique » prévient le chercheur lors d'un entretien donné à l'agence de presse AFP.

Pour le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, utiliser les fonds de sauvetage représente une ligne rouge à ne pas traverser, et a réitéré son opposition à une diversification des fonds du MES pour relancer la croissance et la création d'emplois.

 « Les 80 milliards d'euros prévus dans le plan de sauvetage européen ne sont pas destinés aux idées innovantes », a expliqué le ministre allemand. « Il existe des dispositifs pour garantir la stabilité de la monnaie européenne et pour garder la confiance des marchés financiers », a-t-il poursuivi.

Plus incohérent, tu meurs ! Quoique .. quand on est déjà mort .. on ne risque plus rien !

Ce machin qu'est devenue l'UE ne tourne vraiment plus rond du tout !

Commenter cet article