Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le journal d'Erasme

La politique de sécurité et de défense commune de l'Union européenne reposera encore longtemps sur les 2 nations cadres que sont la France et le Royaume-Uni

3 Février 2013, 15:04pm

Publié par Patrice Cardot

En matière de politique étrangère et de sécurité, comme en matière économique et sociale, le principe de réalité s'impose à tous !

Regards-citoyens.com a posé des constats sévères mais pragmatiques sur l'état de l'Union européenne dans les domaines de la politique étrangère et de sécurité, d'une manière globale, et de la politique de sécurité et de défense commune, de manière plus spécifique. (cf. notamment Les 7 péchés capitaux de la PESC ! (nouvelle édition) ainsi que Bâtir une défense commune pour assurer l’autonomie politique et stratégique de l’Union européenne ! Du constat d’absence d’un tel projet politique dans l’agenda européen ! ) 

L'effectivité, l'efficacité et la crédibilité de la politique de sécurité et de défense commune de l'Union européenne reposeront encore longtemps sur celles des 2 nations cadres que sont la France et le Royaume-Uni, en tout cas tant que l'Union européenne n'aura pas décidé de définir son propre concept stratégique pour sa politique étrangère et de sécurité et de mettre en place un régime de gouvernance approprié (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui), tant que l'Allemagne n'en décidera pas autrement, tant que le Royaume-Uni figurera au coeur du processus d'Union politique, et tant que la France et le Royaume-Uni disposeront de capacités de sécurité et de défense efficaces et adaptées, en volume et en nature, à la réalité et à la variété des conflits armés et des crises de sécurité auxquels ils décideront de prendre toute leur part.

Les derniers conflits auxquels les Européens ont décidé de participer l'ont montré au monde entier : aucune nation européenne autre que la France et le Royaume-Uni ne sont en mesure, pour des raisons diverses, d'intervenir de manière décisive dans des conflits de haute intensité du niveau des conflits qui peuvent intervenir dans le monde, en dehors du niveau stratégique !

Et ils ont également démontré que leurs capacités d'intervention sont parfois encore insuffisantes, et trop souvent vétustes, .... en raison des coupes budgétaires drastiques qui ont été entreprises au cours des dernières années, notamment dans leurs budgets d'investissement en équipements de défense !

Au lieu de rêver à une défense commune qui ne figure toujours pas dans l'agenda de l'Union européenne, quand bien même elle figure comme objectif dans le traité sur l'Union européenne, agissons pour corriger cette situation, notamment en construisant les conditions pour que l'Union européenne cesse de privilégier l'OTAN et le parapluie américain à sa propre autonomie stratégique et militaire, ce qui impose qu'elle soutienne autrement que par des déclarations, des colloques et des workshops les processus capacitaires de ses Etats-membres, et notamment de la France, ne serait-ce que pour permettre à cette dernière d'être toujours en capacité de de mettre en œuvre une stratégie de défense et de sécurité nationale réactive qui préserve son autonomie et sa capacité d'initiative stratégiques !

Regards-citoyens.com a formulé et publié bon nombre de recommandations sur ce dernier point (cf. notamment De la prise en compte des investissements de défense dans le prochain cadre financier pluriannuel de l’UE : les termes de l'enjeu ainsi que De la prise en compte des investissements de défense dans le prochain cadre financier pluriannuel de l’UE : éléments d’analyse complémentaires et pistes envisagées )

Voir également :  

 * Mettons en oeuvre une coopération renforcée dans le domaine de la Politique étrangère et de sécurité commune de l'UE, condition sine qua non de l'établissement de la coopération structurée

 * UE/PSDC : Le Parlement européen appelle à une exploitation maximale des potentialités des clauses de solidarité et d'assistance mutuelle inscrites au Traité de Lisbonne  

 * Influence européenne : la nécessité d'un changement de paradigme, par Elvire Fabry (Notre Europe – Institut Jacques Delors)  

 

Commenter cet article